Top

Comment transformer ta startup en une vraie entreprise ?

Startup / vraie entreprise

Comment transformer ta startup en une vraie entreprise ? La réponse en 7 points comme Mission, Clients, Stagiaires et salariés, Levée de fonds, Bénéfices…

Tu as créé ta startup et tu galères pour la transformer en une vraie entreprise ?
Si tu veux passer le cap fatidique des 2 ans pendant lesquels ta boite vit sous perfusion Assedic ou Love Money tu n’as pas de temps à perdre pour recruter et facturer tes premiers clients, embaucher tes premiers salariés, dégager une trésorerie positive et engranger tes premiers bénéfices.
Attention de ne pas te faire empapaouter par les marabouts de l’écosystème startuppien (excellents communicants au demeurant), disciples de la pensée unique de la levée de fonds et supporters inconditionnels des modes du moment comme les bots ou les objets connectés.
Le problème des conseils prodigués par les Maddyness et autres The Family c’est qu’ils ne sont pertinents que pour maxi  5 % des startups, celles qui, comme le dit mon ami Christophe Chausson, « ambitionnent de réaliser plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires à 5 ans et d’occuper une position de leader. »

Voici donc, pour toi qui fait probablement partie des autres 95%, quelques tuyaux tirés de l’expérience et des erreurs de Tonton Patrick, entrepreneur tout terrain et ardent défenseur de la vraie entreprise, celle qui fait du chiffre d’affaires et des bénéfices.

Besoin d’un accompagnement pour transformer
votre startup en une vraie entreprise ?
Rendez-vous sur Contact

Mission : ça t’es déjà arrivé comme moi d’entendre une startup pitcher sans comprendre ce qu’elle fait ? Alors ami(e) stratupper(euse), plutôt que de passer 6 mois à participer à la formation en vase clos « Tout, tout, vous saurez tout sur le pitch », vérifie juste que tes parents et ami(e)s comprennent l’activité de ta boite et lance-toi à la conquête de ton marché.

Clients : au lieu de t’acharner à constituer une communauté anonyme de dizaines de milliers de membres à coup (plutôt coût !) de dizaines de milliers d’€ en enrichissant Google, Facebook ou Twitter, concentre-toi sur ton coeur de cible. Connais tes clients, prospecte-les, convainc-les… sans oublier de les facturer.

Fournisseurs : on n’en parle jamais mais la plupart des startups n’ont qu’un seul fournisseur membre de la bande des 4. Cherchez l’erreur…

Stagiaires et salariés : ne compte pas sur tes stagiaires payés au lance-pierre, taillables et corvéables à merci, jetables tous les 3 à 6 mois, pour transformer ta startup en prochain Criteo. Commence à faire toutes les tâches dans ta boite avec tes associés avant de recruter des salariés (pourquoi pas des stagiaires qui sortent du lot ?) plus performants que toi dans leurs domaines et que tu as les moyens de payer à leur juste prix.

Bureaux : le baby-foot ou la table de ping-pong c’est cooool mais ce n’est pas le principal facteur clé de succès d’une entreprise.

Levée de fonds : si tu ne fais pas partie des 5% cités plus haut, écoute encore une fois Christophe Chausson : « Attention si vous n’avez pas ce profil ou que vous n’êtes pas dans le bon timing, n’essayez pas de lever des fonds, choisissez de vous financer plus classiquement,… par vos clients par exemple ! »

Bénéfices : la poche et la patience des business angels n’étant pas illimitées, la confiance des banquiers pas une qualité naturelle, privilégie ton indépendance en dégageant des bénéfices asap. Ils te serviront notamment à investir, te verser des primes bien méritées et des dividendes à tes actionnaires…

Et n’oublie pas le fameux dicton que je viens d’inventer
« Startup ou vraie entreprise, même combat.
Si tu n’as plus de trésorerie, c’est la cata. »

Allez, je te laisse, t’as du taf pour transformer ta startup en une vraie entreprise.
Moi aussi j’ai du taf, je me lance dans l’écriture de « PME, 7 pratiques de startups pour ne pas vous faire ubériser« 

, , , , , , , , , ,

7 Réponses à Comment transformer ta startup en une vraie entreprise ?

  1. Isabelle DELSENY-ERNEST 30 mai 2016 at 11:16 #

    Que du bon sens et de la pertinence cher Patrick, comme on aimerait l’entendre plus souvent pour plus de succès des jeunes entrepreneurs en herbe que nous soutenons ! Je partage de ce pas !

  2. Jérôme RICHARD 31 mai 2016 at 10:16 #

    Bonjour,

    J’aime beaucoup cette approche qui me parait être pragmatique et pleine de bon sens « Enfin » ! Cet écosystème qui crée de la valeur sur le dos des startups et n’enrichit que lui même… si j’avais écouté tout ces « sachants » je serai probablement mort… Si l’écriture vous laisse encore un peu de temps , j’aimerai échanger avec vous sur ma boite « En devenir » et sur son modèle #oupas ,qui enrichit Facebook avec 140 000 Fans 😉 ! …

    Très bonne journée !

    Jérôme

  3. Patrick Hannedouche 31 mai 2016 at 11:02 #

    Merci de votre témoignage Jéröme et avec plaisir pour un échange !

  4. PEPINIUM Forcesvives 7 juin 2016 at 0:07 #

    merci patrick
    un petit coup tonique pour poursuivre la rédaction du mien de livre maintenant que http://www.forcesvives.fr propose pour 7e seulement d’éviter les startupeur de se faire empapaouter selon ton joli mot.

  5. Jules Lepoivre 8 juin 2016 at 12:01 #

    Conseils très opérationnels, à suivre sans modération

  6. Christophe COTE 9 juin 2016 at 17:02 #

    Tout à fait d’accord Patrick. C’est ce que nous faisons avec http://www.AdopteUnBureau.fr : des clients qui adorent le service, nous recommandent et financent notre développement.

    A bientôt

  7. Mordoh 3 janvier 2017 at 21:36 #

    Se faire financer par ses clients, la clé du bon sens.

Laisser un commentaire