Top

Les critères d’investissement d’un Business Angel engagé

 

Cette semaine, j’ai décidé de vous parler de mon process de sélection de projets, en fait surtout d’équipes, dans lesquelles j’investis.

Au début de mon expérience de business angel, comme dans le recrutement de collaborateurs (trices) chez Juste à temps  d’ailleurs, je fonctionnais surtout à l’affectif. Et, à force de désillusions, je me suis remis en cause, moi aussi.

Schématiquement, j’ai évolué vers :

– La priorité accordée à l’équipe (versus les marchés) dans mes choix. Les bons teams, même sur des secteurs encombrés ou étroits, se plantent rarement. Et l’inverse (les plantages sur des marchés porteurs par des équipes pas au top) est tout aussi vrai.

– La mise en place d’une grille de sélection avec des critères objectifs : je vous laisse la consulter ci-dessous :

 

L’équipe / Le projet

Appréciation

Commentaires

Je comprends le projet

 

 

Je peux apporter des compétences

 

 

J’ai le fit avec l’entrepreneur(se)

 

 

J’ai un patron(ne) en face de moi

 

 

L’entrepreneur(se) est équilibré(e)

 

L’entrepreneur(se) sait se remettre en cause

 

 

L’entrepreneur(se) sait vendre

 

 

Le besoin en fond de roulement est négatif

 

Les possibilités de sortie sont claires

 

 

L’entourage

Les références sont ok

 

 

Les avis extérieurs sont positifs

 

 

 

  • Laissez-moi revenir sur quelques critères :

      – Je peux apporter des compétences : comme j’aime bien mouiller la chemise aux côtés des équipes, il convient que je leur sois complémentaire. Par exemple, j’apporte souvent de la vision à des personnes le nez dans le guidon.

– J’ai un patron(ne) en face de moi : une boite sans patron, ça le fait pas. Et ce n’est surtout pas au business angel de diriger l’entreprise. Maintenant, mon rôle peut consister à aider l’entrepreneur (se), selon son potentiel, à devenir un patron.

– L’entrepreneur(se) sait se remettre en cause : c’est surement mon critère essentiel. J’en ai marre de tomber sur des créateurs qui n’ont aucune capacité d’écoute. Et on en retrouve beaucoup parmi nos élites

– L’entrepreneur(se) sait vendre : critère rajouté récemment. En effet, au hasard…, avec un inventeur génial qui reste dans son labo sans jamais rencontrer un prospect, ou qui les fait fuir, c’est mal barré…

– Les possibilités de sortie sont claires : un business angel qui rentre dans une boite, c’est pour en sortir à moyen terme…par le haut !

– Les références sont ok : je demande systématiquement les coordonnées de personnes proches de l’entrepreneur(se) avant d’investir. Cela permet d’équilibrer mon impression et également de percevoir le niveau de transparence de mes futur(e) associé(e)s.

– Les avis extérieurs sont positifs : j’aime à la fois avoir l’avis de collègues business angels et également celui de proches, n’est-ce pas, Annie et Christian !, qui soulèvent des points auxquels je n’avais pas pensés. 

Deux précisions importantes :

– Je suis spécialiste de l’amorçage. En effet, j’investis des petits tickets (<20k€) dans des sociétés en création.

– Je n’investis qu’en région parisienne pour être plus proche des équipes.

Et maintenant, appel à la population :

– Vous avez un projet de création d’entreprise et vous vous reconnaissez dans mes critères : challengez moi, j’aime ça.

– Vous êtes business angel ou vous vous en sentez l’âme : rejoignez- moi ! Si en +, vous êtes 1 pro de l’internet…

 

Cordialement.

Patrick

 

 

 

27 Réponses à Les critères d’investissement d’un Business Angel engagé

  1. Dufresnoy 18 mars 2009 at 16:18 #

    J’ai beaucoup apprécié !

    Cela m’a donné une idée : établir des critères de sélection de business angels…

    Commentaire / boutade.

  2. Diamond Robert 7 janvier 2010 at 10:47 #

    J’ai bien aimé la façon, que vous avez, de présenter les choses, mais :
    à part cette possibilité de commentaire, quand vous dites « challengez moi »,
    par quels moyens peut on vous faire parvenir un executive summary ?

  3. Albator 22 janvier 2010 at 22:41 #

    le problème avec les français et les investisseurs en particulier est qu’ils accordent trop d’importance à l’apparence au dépend de la qualité du projet. Les français ont de très bon cerveaux et scientifiques de très bon commerciaux mais peu et très succès stories au niveau mondial.

    Il n’y a qu’à lire la liste des critères de monsieur Patrick HANNEDOUCHE pour comprendre ce constat. le mouton à 5 pattes est très dure à trouver et même quand ils le trouvent le mouton a subitement trop de pattes. Je suis entrepreneur et porteur de projet actuellement, pour la routine ( sans trop de conviction) j’ai contacté les business angels français car je suis francophone, bof bof, ils ont peur de leur ombre et désolé de pas sortir de polytechnique, si vous voyez ce que je veux dire…

    Donc direction Silicone Valley. La bas les demi-verres sont à moitié pleins.

  4. hannedouche 24 janvier 2010 at 20:41 #

    Bonsoir Albator,
    Personnellement, je ne suis pas un adepte de la généralisation des situations. Et ne passons pas notre temps autour du sport national français = la critique. Il y a effectivement tant à faire pour développer des success stories au niveau mondial, façon Ubisoft.
    Sinon, bonne chance dans la Silicon Valley et n’oubliez pas d’être convaincant 🙂
    Cordialement.
    Patrick

  5. Romain 19 mars 2010 at 13:57 #

    En tant que jeune entrepreneur, ces critères correspondent bien à l’idée que je me fait d’un entrepreneur 🙂

    Le rôle du business angel mis à part le financement, est-il aussi de combler le manque sur certains critères, par son réseau ou un peu de son temps ?

    Il faudrait peut être rajouter une colonne avec l’auto-évaluation du business angel sur chacun des critères, ses points forts ?
    Pour mieux voir si le tout « match » bien, les points forts de l’un s’accordant bien à ceux de l’autre.

    Romain.

  6. hannedouche 21 mars 2010 at 16:14 #

    Bonjour Romain,
    Pour la question sur « le rôle d’un business angel », la réponse dans https://www.business-angel-france.com/dictionnaire-des-business-angels/
    Concernant « l’auto-évaluation du business angel », je vous propose de co-écrire un prochain billet sur le sujet comme évoqué en conclusion de https://www.business-angel-france.com/breves-de-business-angel-4/. Alors, partant ?
    Cordialement.
    Patrick

  7. Nieuweboer 23 mars 2010 at 11:42 #

    Bonjour,

    Je vais aller droit au but dans mon sujet avec vous ici.

    Créateur d’entreprises et accompagnateur d’autres créateurs, je suis aujourd’hui à la recherche de quelques fonds d’amorçage, « seed capital » pour un projet de société avec un concept viable et prometteuse de rentabilité à relativement court terme déjà.

    Comme souvent, ce type de promesse pourrait se faire que par des projets de technologies et/ou services sur internet, ceci est en effet le cas pour ce projet aussi.

    Ce projet ne ré-invente pas la roue mais remplit un trou qui existe dans les produits aujourd’hui proposés.

    En résumé, le projet se place dans une niche sur le marché des petites annonces immobilières. Une niche toute relative puisque le marché est d’environ 35.000 clients professionnels !

    Le cible constitue par contre la niche.

    Proposé à un prix défiant toute concurrence(absente de toute manière….), le projet est innovateur et il faudrait donc agir.

    Nous cherchons un ou plusieurs VC pour fournir le budget de départ établi à 50.000€ (développement, commercial et marketing).

    En contre partie, la société propose un lot de 30% du capital.

    L’ouverture du site est prévu pour septembre et il faudrait boucler ce premier tour pour fin avril maximum.

    Pourrai-je compter sur VOTRE force de réaction ?

    Dans l’attente de vous lire rapidement,

    Cordialement,

    Hans NIEUWEBOER

  8. hannedouche 23 mars 2010 at 13:40 #

    Bonjour Hans et merci de votre confiance,
    Pour info, je n’investis que dans des projets en région parisienne pour être + proche des équipes. Si vous voulez, je peux faire passer votre annonce sur une prochaine parution de https://www.business-angel-france.com/business-angel-petites-annonces-janvier-2015/
    Cordialement.
    Patrick

  9. christophe gerber 8 novembre 2010 at 12:28 #

    Bonjour,
    Je suis « tombe » un peu par hasard, sur votre blog. Je le trouve chouette…
    J’ai créé une savonnerie artisanale au Vietnam. Nous commençons a servir des hôtels 4 $5 étoiles.
    L’ennui est qu’il est difficile de trouver des partenaires pour un projet a l’étranger. Peut-être pourriez-vous m’aiguiller vers un site qui corresponde plus a mon profil? D’avance merci.
    Bien a vous,
    Christophe

  10. idee entreprise 7 mai 2011 at 21:56 #

    Bonjour,
    J’adore votre site et voulais vous féliciter car il fourmille d’articles intéressants.
    Je voulais savoir si vous faisiez des échanges d’articles / de liens. J’aurais en effet un échange de bons procédés à vous proposer en parlant de votre site sur mon blog. En échange, vous mettriez un lien vers http://ideesdesiteweb.blogspot.fr
    Pratiquez-vous ce genre de partenariat ?

    Merci
    Grégory

  11. hannedouche 14 mai 2011 at 10:21 #

    Bonjour Grégory et merci de votre confiance,
    Pour le moment, nous ne pratiquons pas ce genre de partenariat.
    Par contre, si vous avez des choses intéressantes à dire, nous vous accueillerons volontiers dans nos colonnes. Et de votre côté, dites nous ce qui intéresse vos lecteurs.
    A bientôt.
    Patrick

  12. Ari Massoudi 15 mai 2011 at 19:38 #

    Merci pour cet article intéressant et instructif, et surtout très utile pour comprendre le fonctionnement des Business Angels !

    Mais je me pose une question, est-ce que Mark Zuckerberg, au vue des traits de caractère que lui attribue son film « The Facebook » (désagréable, geek, autoritaire … ) aurait passer votre filtre de sélection ?

  13. hannedouche 17 mai 2011 at 17:28 #

    Merci de me challenger, Ari !
    Vous avez raison, je n’aurais probablement pas donné suite à Marck Zuckerberg. Ceci montre bien que :
    – tout process a ses limites et qu’il convient de ne pas être rigide sur son application.
    – je ne resonne pas (comme beaucoup de business angels) que pour le ROI mais surtout pour participer à une belle aventure humaine entrepreneuriale.
    Cordialement.
    Patrick

  14. Ari Massoudi 21 mai 2011 at 17:30 #

    Bonjour Patrick,
    Je vous remercie pour votre réponse, je suis aussi dans ce questionnement là « comment ne pas passer à côté d’un projet qui deviendra un Facebook ? ». Ma grille d’analyse des BP est très sévère, tout en sachant que c’est que du papier ! Je n’ai pas de réponse, mis à part faire confiance à mon feeling …
    Bien cordialement,
    Ari

  15. Innovation de rupture 14 juillet 2011 at 5:29 #

    Bonsoir,
    Je découvre votre blog aujourd’hui, et je dois avouer qu’il est plein de bons conseils. Je me pose toutefois une question concernant mon projet de start-up : admettons, et admettons seulement, que nous pensions être le prochain Facebook (du point de vue de la réussite commerciale), mais contrairement à ce-dernier nous connaissons déjà notre business model. Par conséquent le projet, pour réussir, nécessiterait un énorme succès, et ce rapidement, et bien attendu il constituerait une innovation de rupture (avis d’experts à la clé). Bien entendu il nécessiterait également un lancement aux Etats-Unis et non en France.
    Quelle stratégie me conseilleriez-vous dans mon démarchage des investisseurs potentiels? Et surtout, d’après vous, existent-ils dans notre beau pays?
    Je précise que nous avons déjà réalisé un prototype opérationnel assez avancé, ainsi qu’un business plan (en réalité plusieurs, un pour un succès franco-français, aux chiffres ne faisant pas trop peur à des investisseurs, et un autre, d’après nous plus réaliste mais comportant de nombreux zéros.)

  16. Cedric Labeau 15 juillet 2011 at 22:50 #

    Je n’avais pas vu cet article, merci pour ces conseils Patrick! Je vois qu’on a certains critères de sélections identiques 😉
    Pour ma part je regarde en priorité si l’entreprise répond à un vrai besoin. Tous les discours qui commencent par « J’ai eu une superbe idée pendant que je me brossais les dents, on va faire d’énormes profits parce que mon concept est unique », je m’en méfie.
    Tout comme les valorisations démesurées surtout s’il n’y a aucune clause de ratchet de prévu…
    Après je pense que tout est une question d’équilibre, il ne faut pas être non plus trop exigeant envers l’entrepreneur. Pour ma part, je n’apprécie pas qu’on cherche la moindre petite bête à mon travail 🙂 Personne n’est parfait!

  17. EcoBusinessAngel 4 septembre 2011 at 16:01 #

    J’ai déjà dit à Patrick que nous songions à créer le Fonds d’mrçage des ECO Business Angels… Certains des commentateurs précédents peuvent donc m’envoyer leurs executive summary et BP s’ils sont dans cette phase.

    A part cela il est toujours bon d’avoir des principes, ne serait-ce que pour avoir le plaisir de les violer, lorsque cela en vaut la peine…
    Le côté pragmatique de Patrick est lié à son engagement en tant que chef d’entreprise, et à son honnêteté lorsqu’il nous explique comment et pourquoi il s’est quelquefois planté. Cela chaqnge des discours triomphalistes des vendeurs d’espoirs…

    A bientôt donc, pour construire ensemble un Fonds d’Amorçage ouvert aux Porteurs de Projets nationaux, voire internationaux (j’en connais) !
    C’est quand tu veux, Patrick …
    André BROUCHET Président du Club des Eco Business Angels

  18. Minedor 20 avril 2012 at 22:46 #

    Bonjour à tous et merci à vous, Patrick, pour votre site…

    Nous sommes 3 avec pour projet l’achat d’un bâtiment commercial et privatif basé dans un centre ville en plein développement (nord,59), l’un de nous et actuellement locataire de ce bâtiment depuis 1an et demi, il a choisit ce bâtiment pour son option d’achat à la clé…

    Au jour d’Aujourd’hui le propriétaire cherche à vendre le bâtiment pour X raisons et nous souhaiterions l’acquérir ensemble, le bâtiment est voué à prendre de la valeur de part de nombreux éléments « connu ».

    Le problème étant que nous n’avons pas l’apport nécessaire à l’obtention des crédits « bancaire », je recherche d’autres solutions, nous ne souhaitons vraiment pas lâcher ce bâtiment… ^^

    Je suis preneur de tout conseils, idées… Nous permettant d’avancer dans le projet…

    Nous n’avons pas encore créé la SCI…

    Merci à tous,

    Thomas.

  19. hannedouche 21 avril 2012 at 9:14 #

    Bonjour Thomas et merci de votre confiance,
    Pour votre financement, ce n’est pas du côté des business angels qu’il faut chercher mais bien du côté bancaire. En effet, ce n’est pas le rôle des business angels de financer de l’immobilier.
    Avec tous mes voeux de réussite !
    Patrick

  20. Minedor 28 avril 2012 at 17:58 #

    Merci à vous d’avoir pris le temps de me répondre Patrick…

  21. Jérôme 22 mai 2012 at 18:45 #

    Bonjour, le texte date un peu j’espère que c’est toujours d’actualité.
    Pour moi à priori c’est pas bon car je vie très loin de vous et votre aide se fait sur Paris. (encore et toujours Paris)
    J’ai deux projets dans le sud entre Avignon et Vaison la Romaine si depuis la création de votre billet votre rayonnement s’est agrandi !

    Merci

  22. hannedouche 23 mai 2012 at 10:20 #

    Oui, Jérôme, le texte est toujours d’actualité.
    Maintenant, si je peux vous aider, ce sera avec plaisir.
    N’hésitez pas à me challenger, j’aime ça !
    Cordialement.
    Patrick

  23. Jérôme 24 mai 2012 at 9:52 #

    Bonjour Patrick, je vous ai répondu via le formulaire, vous avez mon mail merci de me recontacter dès que possible.
    Cordialement

  24. TVM 2 juillet 2012 at 8:27 #

    Bonjour Patrick ! Déjà je me sens obligé de vous remercier d’être comme vous êtes, votre franc-parler est, comme mentionné avant par d’autres, effectivement rafraichissant et sympathique !
    M’enfin j’imagine que c’est aussi et surtout affaire de goûts perso.

    Quoi qu’il en soit, mon projet ne rentrant pas dans vos critères, serait-il possible que je vous envoie une synthèse, afin de recueillir votre avis sur la question ? Ma question se situe sur un point qui me triture: mon projet peut-il séduire s’il n’en est qu’à l’étape de projet (pas de société rien) avec néanmoins un business plan plutôt séduisant et réfléchi ?

    J’ai beau regarder, les startups sont toujours lancées quand elles en viennent à la levée de fonds. Néanmoins dans mon cas, le recours à des business angels avant même la création est également voulu, et je pourrai le défendre de manière pertinente.

  25. Délices 28 février 2014 at 20:15 #

    Je recherche un investisseur pour créer mon entreprise.

    Je souhaite créer une EURL où l’activité serait un salon de thé où il serait proposé :

    Pâtisserie orientale
    Pâtisserie française
    Atelier culinaire
    Encas salés sucrés

    Je suis de formation comptable (niveau Bac +2), j’ai passé le cap patissier en formation intensive.

    Depuis 2009 j’ai le statut autoentrepreneur, où j’ai pu tester cette activité. Il y a énorme potentiel.

    Je souhaite embaucher 3 personnes.

    Aujourd’hui je suis inscrite à pole emploi, je suis en ARE, il me manquerait des fonds pour me lancer.

    J’ai un apport personnel de 15k€

    Merci de votre aide.

  26. Patrick Hannedouche 1 mars 2014 at 8:18 #

    Bonjour et merci de votre confiance,
    Pour pratiquer le parler-vrai qui me caractérise, je pense que vous aurez du mal à trouver un business angel(BA) pour votre projet. En effet, les BA n’investissent quasiment pas dans le petit commerce, car une sortie financière est difficile à réaliser dans ce secteur. Maintenant, vous pouvez essayer :
    – d’obtenir un prêt d’honneur comme ceux proposés par http://www.reseau-entreprendre.org
    – de passer par une plateforme de crowdfunding comme http://www.kisskissbankbank.com
    Avec tous nos voeux de réussite !

  27. Délices 1 mars 2014 at 13:18 #

    Bonjour,

    Merci de votre réponse rapide et de vos conseils.

    Bien à vous.

Laisser un commentaire