Top

Les 10 commandements du plan de trésorerie

Article d’Emmanuel Françoise dans le cadre de sa chronique My startup story™  

Pour moi,  le « plan de trésorerie » et le « business plan » sont 2 choses différentes.

Pour schématiser, un business plan doit être sexy et présenter vos revenus dans 2 ans.  C’est ce qui va (et doit) plaire à vos futurs banquiers et investisseurs. Le plan de trésorerie est, quant à lui, un véritable outil. Il sera focalisé sur vos dépenses des jours à venir, afin de  pouvoir vous informer en quelques secondes du montant de  votre solde réel en banque et de la bonne santé de votre entreprise. Seule Madame Soleil connaît vos revenus des 2 ans à venir, mais vous, vous devrez par contre bien connaître vos dépenses des jours et semaines qui vont suivre.

Besoin d’une recommandation personnalisée pour votre trésorerie d’entreprise ?
Rendez-vous sur Contact

Je ne vais pas vous expliquer ici comment construire un plan de trésorerie sous Excel ou encore vous proposer un modèle en téléchargement, car les sites de l’APCE et d’OSEO le font déjà très bien. Ce qu’ils ne vous proposeront pas, par contre, ce sont ces 10 commandements incontournables, qui sont les fruits de mes 20 années d’expériences dans l’entrepreneuriat (Cela me fait suffisamment mal de vous l’avouer donc j’espère que vous profiterez !). Ces mêmes 10 commandements que j’applique chez Uplike en ce moment…

 1/ L’argent est roi, tu le comprendras

 Oui votre idée, votre équipe, votre vision et votre dynamisme sont essentiels, mais sans argent, vous n’irez pas très loin… Même les associations  humanitaires ont besoin d’argent pour fonctionner.

Prenons pour exemple le modèle du sportif. Il peut avoir un moral d’acier, mais s’il est blessé, il restera sur le banc de touche.  Et le banc de touche d’une entreprise c’est le tribunal du commerce… J’y suis déjà passé, croyez-moi c’est plus sympa sur le terrain !

Si vous savez d’avance que vous allez dépenser 20.000 euros par mois dès le 3e mois et  que vous partez avec 15.000 euros de capital,  vous foncez droit dans le mur.  Si c’est votre cas, passez directement à l’étape 10.

2/ Un prospect sympa n’est pas un client chez toi

Ne comptez pas sur les éventuels clients « identifiés ».  Un client  est une personne physique ou morale dont vous avez encaissé un chèque ou réceptionné un virement.  Dans le cas contraire cela s’appelle au mieux un prospect, et au pire une « banane »… Si vous n’avez pas en capital de départ de quoi tenir le siège plus de 6 mois, ne démarrez pas votre activité… je sais, cela fait mal à lire.

 3/ La TVA n’est pas à toi

 On se dit souvent que le jour où l’on aura de la TVA à reverser, cela sera bon signe, car les recettes seront supérieures aux dépenses.

Cependant  si vous avez beaucoup de dépenses à l’étranger (serveurs aux USA, développeurs en Ukraine) ou non assujetties (comme les freelances et auto-entrepreneurs) et qu’en plus vous commencez votre activité de chez vous (pas de loyer à payer)… une grande partie de la TVA encaissée via facturation risque de devoir être reversée.

Votre accès Banque Electronique (e-banking) affiche des montants encaissés TTC. Par contre, votre plan de trésorerie, lui, doit bien préciser que les réels montants facturés sont H.T.

4/ Des clients bon payeurs plutôt que beaux parleurs tu auras

Mes salariés et fournisseurs se fichent de savoir que j’ai une facture en cours de paiement.

Entre un partenaire qui reverse 12 euros du lead et paye à réception de facture et un second qui m’en propose 14 euros mais reversé à 90 jours fin de mois, je n’hésite pas, je sélectionne le premier.

De plus, si le premier partenaire a des difficultés de paiement, je suis mis au courant dans les 10 jours suivant ma facturation. Alors que pour le second, je mettrais près de 6 mois à m’en rendre compte… Et il m’emmènera avec lui dans sa tombe.

 5/ La division tu maitriseras

 Très important : on ne dit pas « j’ai 15.000€ de charges trimestrielles à payer en avril » mais « j’ai 5.000€ de charges mensuelles à provisionner chaque mois. » Votre chiffre d’affaires prévisionnel est certainement assez lisse au fil des mois et ne fait pas de bonds chaque trimestre.

6/ Si seulement tu n’as pas besoin d’elle à ta banque tu iras

 Ne négociez une ligne de trésorerie avec votre banque que lorsque vous n’en avez pas besoin. De toute manière,  si vous en avez besoin urgemment vous ne l’obtiendrez pas.

Vous connaissez l’expression: « On ne prête qu’aux riches ».  Cette ligne de trésorerie ne vous semblera pas utile sur le moment, mais elle ne coutera rien. Cependant, dans quelques mois, vous serez peut-être bien content de l’avoir négociée et ratifiée.

7/ Les grands comptes tu ignoreras

Avec les grands comptes, le fameux « 90 jours fin de mois » évoqué au point 4 devient généralement « 120 jours après le 3e recommandé avec accusé de réception».

Si ces grands comptes sont vraiment votre cible commerciale idéale, passez obligatoirement par la case affacturage et intégrez les coûts de la prestation factoring dans votre proposition.

8/ Les délais de paiement tu respecteras

Les fournisseurs sont aussi essentiels que les clients. Je lis souvent qu’il faut savoir faire trainer les paiements aux fournisseurs et que c’est le meilleur moyen d’avoir de la trésorerie.

Cependant vous l’aurez bien compris avec les points 4 et 7, je déteste que l’on joue ce jeu avec moi… Alors pourquoi faire subir cela à mes partenaires ?

9/ L’amortissement tu ignoreras

La dotation aux amortissements et les immobilisations ne sont rien de plus que des jeux comptables. Cependant,  une chaise de bureau se paye le jour même, bien qu’elle puisse s’amortir  sur 10 ans.  Un ordinateur se paye le jour même, bien qu’il puisse s’amortir sur 3 ans… et le jour de la signature du bail de vos nouveaux locaux, il faudra bien signer un chèque de 6 mois de caution qui sera encaissé le jour même, et ceci même s’il apparaît toujours dans vos livres comptables.

10/ Ta mort tu accepteras

C’est toujours difficile à admettre, mais si votre plan de trésorerie est désespérément rouge, arrêtez-tout. Ne pas vouloir l’accepter n’est que vous creuser une tombe plus profonde.

Vous en sortirez probablement un peu amer sur le coup, mais certainement plus fort pour encore mieux rebondir sur un prochain projet !

N’hésitez pas à me donner votre avis  sur ces 10 commandements en laissant des commentaires ci-dessous ; et je compte sur vous pour ajouter le 11e et les suivants !

Et dans mon prochain billet je vous donnerai plus de nouvelles d’Uplike, cela m’aidera à faire un bilan sur notre situation suite à notre récente levée de fonds.

A bientôt,

Emmanuel Françoise

, , , , ,

18 Réponses à Les 10 commandements du plan de trésorerie

  1. Thierry 21 février 2013 at 11:30 #

    Bel article et, pour l’avoir vécu, et surtout à appliquer sans modération. Juste une petite RQ les auto-entrepreneurs ne collectent pas la TVA, donc ils ne l’appliquent pas non plus.

    La tréso, au début, est le seul outil de pilotage, et j’ajouterais bien volontiers un petit indicateur juste avant le 10e « Ta mort tu accepteras », il s’agit de la durée de vie en mois. Cet indicateur est calculé en y intégrant la vitesse moyenne de « cramage de cash » le burn rate et en y intégrant les affaires signées. Je pense qu’il faut se donner une limite à une pas dépasser, si non c’est le mûr. Dans ma précédente boîte, on avait décidé qd la durée de vie atteignait les 15 jours, on arrêtait l’activité. Petite info, qd on ferme une boîte normalement, cela consomme aussi du cash.

  2. Emmanuel 21 février 2013 at 15:24 #

    Merci Thierry pour cette correction, je me suis effectivement mal exprimé concernant les auto-entrepreneurs…. Même si j’ai du mal à croire qu’Amazon ou la Fnac ne leurs appliquent pas la TVA sur leurs achats 🙂

    Concernant la « fin » d’une entreprise, oui elle se prépare si vous tenez à ce quelle soit propre et ne pas vous retrouver avec une interdiction de gérance (et de donc de très grandes difficultés à relancer un nouveau projet)+ la note banque de France qui va avec pour quelques années…

    Car il y aura bien des engagements à respecter (bail commercial, charges du trimestre en cours, contrats en cours, et bien sur les salaires !!)

    Emmanuel

  3. Patrick 21 février 2013 at 20:34 #

    Après une cessation de paiement, 18 mois d’observation et un plan de continuation qui se termine dans 14 mois, c’est bien sur ces 10 commandements que je m’appuie et c’est LA solution pour redémarrer ! (Puisque même pas mort !) le 4ème et le 8ème sont même devenu un état d’esprit…
    Belle analyse, étant aussi en création d’une nouvelle structure, il est évident que je m’applique à respecter ces commandements pour le démarrage…
    Cordialement
    Patrick Duquesne

  4. Cédric Labeau 21 février 2013 at 23:26 #

    Super article!

    Tu résumes parfaitement l’importance de surveiller et de maitriser sa trésorerie.

    J’ai remarqué que beaucoup de startups marchaient un peu trop en « freestyle » dans ce domaine 🙂

  5. Thierry 22 février 2013 at 9:26 #

    @Emmanuel, Bien sûr que la TVA est appliquée aux auto-entrepreneurs sur leur achats, mais ils ne peuvent pas la récupérer. Ils achètent tout TTC, en retour, ils ne collectent pas de TVA sur leurs ventes.

  6. Emmanuel 22 février 2013 at 11:43 #

    @Patrick : merci pour ce message très touchant. Bon courage pour la suite. Je sais que c’est un peu « cliché » mais vous allez en ressortir plus fort… je sais de quoi je parle, j’y suis passé dans une vie entrepreneuriale précédente !

    @Cédric : faut bien que les cheveux gris servent à quelque chose…

    @Thierry : Merci pour cette précision, nous sommes donc d’accord en écrivant la chose de manière différente 😉

  7. malik 22 février 2013 at 22:22 #

    Question générale / Quel est l’âge idéal pour entreprendre ?

  8. Laurent 23 février 2013 at 0:29 #

    Ces 10 commandements ne sont pas de même importance ni dans le bon ordre de priorité.
    Avant ces 10 là, il y en a 2 encore plus importants:
    1// Tes plans d’actions doivent toujours être construits sur la moitié du nb de mois que ta trésorerie peut tenir avec ton burn rate initial. L’objectif N°1, à cet horizon moitié, est d’avoir augmenté sa trésorerie sinon vous êtes une startup qui ne grandit pas. Et si par malheur vous avez tout cramé et rien rentré il vous reste encore quelques semaines.

    2// tes plans d’actions doivent tenir compte de ta capacité à retrouver un multiple de ta dépense commerciale et technico commerciale () dans le délai le plus court. Les réserves servent à payer les autres dépenses qui ne relèvent pas de l’activité commerciale… qui peuvent être temporairement, mais pas longtemps, plus élevées que la marge brute gagnée par l’action commerciale.

    Si tu ne peux pas tenir ces 2 commandements, alors ce sont tes plans et ton business model qui ne sont pas ok, et il faut les améliorer ASAP, avant que les autres commandements ne te fassent sentir le mur.

  9. Patrick 23 février 2013 at 13:18 #

    Bonjour Malik,
    Pour moi, il n’y a pas d’âge idéal pour entreprendre. Mon conseil c’est de créer sa boite le plus jeune possible tant qu’on n’a pas de gros besoins financiers, de charge de famille et qu’on peut habiter chez Papa-Maman. Si la première création d’entreprise est un succès, tant mieux. Si ça foire, alors on passe par la case salarié pour se refaire une santé morale et financière… avant de créer sa deuxième boite qui aura de bonnes chances de cartonner.
    Bonne réussite !

  10. Emmanuel 23 février 2013 at 13:32 #

    @Malik : Jeune tu prendras plus de risques (pas de famille à nourrir), moins jeune tu auras plus d’expérience, de recul, d’analyse…

    Ma conclusion : ne pas avoir peur de se planter jeune pour décupler sa réussite un peu plus tard 🙂

  11. Ysabel 26 février 2013 at 13:46 #

    Merci pour cet intéressant article concret. Je retiens les conseils prodigués et j’en ferai bon usage

  12. Jd Brivet 26 février 2013 at 18:34 #

    pour l’avoir vécu moi meme , je confirme l’importance de la trésorerie
    concernant les clients grands ou petits :: une seule action : suivre chaque mois les retards et relancer relancer relancer !!
    On a toujours un peu peur au début de relancer un client pour lui demander de l’argent en pensant le froisser : en fait il faut foncer et ne pas hésiter cela donne des résultats dans 90 % des cas

  13. Antoine Raby 5 mars 2013 at 23:24 #

    Retenir par cœur ces 10 points tu devras

  14. Emmanuel 7 mars 2013 at 10:46 #

    Merci Antoine, très beau compliment !

  15. Be-Manager.fr 12 mars 2013 at 11:17 #

    Bonjour,

    J’aime beaucoup votre article, car 1º il est très vrai, et 2º, il est pris avec humour.

    Ces 10 points sont tout à fait exactes, j’ai 15 ans d’expérience dans la gestion d’entreprise et le management, et je me suis retrouvé dans beaucoup de ces points (pour ne pas dire tous).

    Je rajouterai juste un 11º point : Jamais seul tu ne devras commencer.

    Merci

  16. Nicolas 7 avril 2013 at 11:36 #

    Bonjour,

    Je fini un BTS NRC et souhaite me lancer dans la vente en ligne pour des produits électriques. Je commence à me renseigner pour savoir comment m’organiser (business plan, plan d’actions, etc…) pour savoir tout ce que je dois prévoir. Et c’est bien là où votre article va me servir! Je trouve cette analyse sérieuse et pragmatique, bien plus que ce que l’on peut trouver sur internet.

  17. Emmanuel 8 avril 2013 at 6:54 #

    Merci Nicolas pour cet agréable commentaire.

    Plus qu’une analyse, c’est du « vécu », la différence est importante 🙂

  18. Titi 16 avril 2013 at 10:33 #

    comme tes comptes perso, celui de ton entreprise tu tiendras !

Laisser un commentaire