Top

Dictionnaire des business angels™

Très souvent, quand je dis que je suis business angel, je sens de l’interrogation chez mes interlocuteurs. C’est vrai que c’est encore un terme anglais et qu’à priori business et angel ne font pas bon ménage.

 

Donc, pour combler ce déficit d’informations, je me lance aujourd’hui avec le dictionnaire des business angels™. Ainsi, au cours des prochains mois, je tenterai de vous expliquer les termes les + employés dans notre jargon.

 

Bon, on va pas se quitter comme ça. Allez, je me lance avec la lettre

 

B…comme Business angel 

· Voici la définition wikipedia* : « Un Business angel est une personne physique qui investit une part de son patrimoine dans une entreprise innovante à potentiel et qui, en plus de son argent, met gratuitement à disposition de l’entrepreneur, ses compétences, son expérience, ses réseaux relationnels et une partie de son temps. »  *A propos de Wikipedia, savez-vous que vous pouvez faire des dons ?

Ne soyons pas trop…angélique J et citons aussi la définition du « Dictionnaire impertinent des branchés » :

 « Ange du business. N’a rien d’un ange et ne connaît rien au business. Ainsi nomme-t-on les entrepreneurs qui, ayant réussi à gagner un peu d’argent dans leurs affaires d’origine, se disent qu’ils peuvent en gagner beaucoup plus en investissant dans les affaires des autres et se mettent des ailes dans le dos pour inspirer confiance. »

·Concernant l’origine, toujours avec Wikipedia : « Les Business Angels ont toujours existé mais ils ont commencé à émerger en grand nombre aux USA à partir de 1958 quand le législateur américain prend note de l’ « equity gap », le trou de financement lorsqu’une société cherche à passer d’un capital inférieur à 100.000 $, somme que l’on peut réunir avec les copains, les cousins et les cinglés (CCC) et le capital-risque dont les interventions débutent rarement au-dessous de 2 millions de $ par manque de rentabilité. Une étude fait apparaître que dès 1988, il y avait 500.000 Angels aux USA, déversant environ 60 milliards de $ annuellement sur les créations et démarrages d’entreprise, environ 10 fois plus que le capital-risque de l’époque.

·La France compte aujourd’hui un relatif petit nombre de Business angels : quelque 5 000 business angels sont rassemblés dans environ 70 réseaux.

 

  • Contacts : Pour 1 fois, c’est facile, France Angels , lancé par André JAUNAY et développé par Claude RAMEAU  dont nous reparlerons à la lettre R, répondra à toutes vos questions :

– Que vous soyez futur BA (attention, c’est une activité à risque)

– Ou Créateur d’entreprise à la recherche de fonds : pour vous, attention, ça va vous prendre beaucoup de temps J.  En +, faire rentrer des associé(e)s, ce n’est pas neutre. Moi, par exemple, chez Juste  àTemps , j’ai préféré gardé mon indépendance, quitte à aller moins vite, n’est-ce pas Christian !

 

Allez, je vous laisse…

Et je compte sur vous pour compléter ce dictionnaire des business angels™, l’enrichir, le contredire…

 

Cordialement.

 

Patrick

 

 

 

 

Une Réponse à Dictionnaire des business angels™

  1. jaunay 28 juillet 2009 at 8:18 #

    Bonjour Monsieur,
    Juste une petite inexactitude : France Angels n’a pas été lancée par Claude Rameau, qui peut être considéré comme le développeur de cette fédération, mais pas le fondateur. Comme le site franceangels.org le rappelle, j’ai créé ce mouvement en 2001, après avoir créé également les premiers réseaux locaux français, dont Investessor, en 1998, et en en précisant les orientations et grandes actions, non démenties depuis. Claude Rameau était vice pdt en 2001, est devenu co-pdt en 2003, puis pdt en 2005.
    Bien cordialement,
    A Jaunay

Laisser un commentaire