Top

Création d’entreprise : dix conseils pour choisir son expert-comptable

Pour traiter ce sujet tellement important et si souvent négligé dans une startup, Business Angel France a fait appel à Didier Maréchal rencontré dans le tour de table de LooknBe. Et oui, des experts-comptables business angels, ça existe !

Didier Maréchal dirige une équipe de six collaborateurs dans le cabinet d’expertise comptable et de commissariat aux comptes qu’il a créé en 1994. Chaque année, il accueille et conseille une dizaine de créateurs d’entreprise dans des secteurs très variés (réseaux sociaux, concepteurs d’Applis Iphone/Ipad, professions libérales, sociétés de conseil…). Il assure aussi l’établissement des déclarations fiscales personnelles et des missions de formation en communication. Voici son article.

La priorité du créateur d’entreprise est de se consacrer à son business (marché,  clients). Mais il doit aussi  s’impliquer dans sa gestion/comptabilité/paperasse pour piloter son entreprise et éviter de gros soucis avec la tentaculaire administration. Il a donc intérêt à sélectionner soigneusement son expert-comptable. Voici donc dix conseils utiles pour le choisir.

1/ Rencontrer l’expert-comptable dans son cabinet. Vous rendre compte de l’ambiance de travail, de ses installations, est fort instructif.

2/ Vous faire présenter et échanger avec le collaborateur avec qui vous travaillerez  pour vos besoins courants et récurrents. Se renseigner discrètement sur le niveau du turn-over.

3/ Analyser la lettre de mission (contrat) avant de la signer, en vous faisant expliquer ce qui est compris dans le budget et ce qui ne l’est pas. Attention au budget de base attractif qui cache des honoraires complémentaires, de fait obligatoires, facturés au bout de 12 mois.

4/ Evaluer le degré de disponibilité de vos interlocuteurs et le niveau de  leurs engagements en terme de délai de réaction à vos demandes. Le délai nécessaire pour vous établir la lettre de mission est un premier indice. La durée du premier entretien en est un autre : il est difficile de se faire une idée (de part et d’autre) en moins de deux heures.

5/ Tester les qualités pédagogiques de l’expert-comptable. Avec beaucoup de connaissances (fiscales, comptables, sociales) à assimiler, vous aurez besoin de partenaires patients et disponibles, afin de vous éviter de rester seul avec vos questions et de gamberger la nuit (au lieu de dormir).

6/ Evaluer son degré de compréhension et d’intérêt à votre projet, sa capacité d’être votre coach (en stratégie notamment). S’il est lui-même business angel, c’est un plus par rapport aux amateurs exclusifs (et respectables) de l’assurance-vie et du livret A.

7/ Evaluer son niveau d’utilisation des techniques de communication modernes (mails, skype…).

8/ S’assurer de l’existence et de la qualité du réseau de l’expert-comptable (avocats, banquiers, assureurs, conseil en gestion de patrimoine, conseil en technique de vente,  conseil en RH, notaire, SSII,…)

9/ Evaluer la nature  et la pertinence de l’offre, hors missions comptables habituels (notamment social, contrôle de gestion,…).

10/ Limiter à trois le nombre de cabinets consultés, afin de consacrer suffisamment de temps à chacun pour échanger. Puis décidez. Enfin, si vous vous trompez, vous pourrez changer dans un an. Ce n’est pas un drame.

Merci, Didier.

Pour ma part, j’avoue ne pas avoir intégré ces dix points dans le choix de mon expert-comptable quand j’ai créé Juste à temps. Maintenant, amis startuppers, je ne peux que vous recommander de suivre ces conseils. En effet, la compta, considérée comme non prioritaire, est trop souvent négligée. Je peux vous dire que si votre gestion n’est pas au carré quand vous vous apprêtez à lever des fonds, les business angels vont s’enfuir en courant.

Et pour conclure, voici trois conseils tirés de mon expérience :

  • Pour finaliser votre choix, demandez des références clients et appelez-les. C’est très apprenant d’avoir le témoignage de personnes qui travaillent avec le cabinet. 
  • Mettez-vous d’accord avec votre expert-comptable sur la production régulière d’une situation comptable (compte de résultat, ratios principaux…). Ainsi, chez Juste à temps, je dispose d’une situation trimestrielle depuis 22 ans qui m’aide beaucoup dans le pilotage de l’entreprise et la communication financière.
  • Retenez un expert-comptable sparring partner et challenger. Ce n’est pas en choisissant un béni-oui-oui que vous progresserez. Au contraire, travaillez avec celui qui refusera certaines opérations risquées  et surtout sera force de proposition.

Au final, vous verrez, vous allez finir comme moi par aimer la gestion. Tant mieux car c’est indispensable !

Patrick

, , , , , , , ,

5 Réponses à Création d’entreprise : dix conseils pour choisir son expert-comptable

  1. stef_looknbe 3 juin 2012 at 11:00 #

    Merci à Monsieur Maréchal pour ce témoignage. Dans les nouvelles technos, il me paraît en effet indispensable de faire affaire avec un cabinet qui maîtrise les outils modernes (ainsi avec le cabinet Maréchal, la société LooknBe procède par échange de fichiers numérisés via un ftp et nous gérons tout à distance par téléphone).
    J’apprécie également beaucoup les process internes établis au sein du cabinet. La lettre de mission reflète bien cette maitrise et le sérieux du cabinet.
    Enfin, trouver un expert comptable qui s’intéresse à ce que vous faites est très appréciable.

  2. Valentin Coach Éloquence 12 juin 2012 at 22:27 #

    Merci pour ces excellents conseils ! Ravi de retrouver Didier Maréchal dans les colonnes de Business Angel France 🙂

    Les points 4 et 7 me semblent souvent négligés, ils sont pourtant primordiaux et parfaitement complémentaires.

    Quant au point 6, un expert-comptable qui s’intéresse vraiment à votre projet et s’implique pour faire équipe de la sorte, c’est peut-être le plus difficile à trouver, la vraie perle rare…

  3. Gérard 12 avril 2013 at 11:46 #

    Merci pour ces conseils. Il est vrai qu’on ne se pose pas forcément les bonnes question au moment d’engager un expert comptable. or, il faut bien le choisir car c’est lui et lui seul capable d’organiser, surveiller, analyser les comptes de l’entreprise.

  4. BLC-Conseil 8 octobre 2014 at 12:26 #

    Merci pour ces conseils et critères très utiles.
    Notamment sur le prix d’appel des lettres de mission, que nous voyons de plus en plus.
    Avec une facturation de « travaux supplémentaires » tout au long de l’année, car finalement la lettre de mission (attractive), ne comprend que le stricte minimum.

    A bientôt

  5. WKeller 28 novembre 2014 at 16:37 #

    Article intéressant et pérenne.
    Les technologies évoluent mais la proximité – plus nécessairement géographique – avec l’expert-comptable (ou son collaborateur) reste l’élément central de la relation.
    Enfin cette relation va faire entrer un tiers dans votre  »intimité financière »… raison de plus pour s’arrêter un moment et vérifier ces quelques points.

Laisser un commentaire